Karnak worker's


Karnak worker's

 

Karnak workers - travailleurs du temple de karnak Née en 2019 la série « Karnak workers » a pour vocation de mettre en avant une population de travailleurs peu représentée. Avec l’aimable accord du CFEETK (Centre Franco-Égyptien d’Etude des Temples de Karnak), j’ai pu durant la saison 2019-2020 photographier 128 des employés du complexe de Karnak, sur la base du volontariat.

 

Ce travail de portraits de grande envergure poursuit plusieurs objectifs : - Présenter des catégories d’ouvriers et salariés rarement mis en avant dans les travaux photographiques, - Construire un pont entre l’archéologie et l’humain et amener le regard sur ceux qui font vivre les monuments à travers leur rôle et savoir-faire, - Créer du lien social et intergénérationnel, un dialogue, via la photographie, - Dresser un portrait des travailleurs comme un devoir de mémoire sur une année et comme un instantané de la vie des temples de Karnak. Le choix du fond bleu et de la lumière artificielle s’est imposé dès le début de la série comme une évidence. D’abord pour une raison d’uniformité de ce grand ensemble. Ensuite par volonté de ne pas différencier les différents métiers co-existants au sein du CFEETK. Enfin, cette technique me permet d’amener le regard d’autrui sur « l’Autre » et non sur l’arrière-plan, bien que grandiose, de Karnak. Le regard se focalise ainsi sur l’être humain, ce qu’il dégage et la personnalité qui transparaît. Au-delà de l’aspect photographique, j’ai voulu mettre en exergue le coté humain. Aucune demande particulière n’a été émise quant à la pose.

 

Ou, devrais-je dire, la force de propositions de chacun. J’ai voulu photographier et retransmettre ce que l’Autre m’offrait naturellement, instinctivement, en essayant de ne pas en dénaturer l’émotion. Placer les employés du temple, dans leur tenue de travail quotidienne, au sein d’un univers de studio où l’on retrouve habituellement des mannequins et modèles professionnels était d’abord un pari avant d’aboutir à cette série de portraits. Chaque photographie a été tirée et offerte à son propriétaire.

 

The series “Karnak Workers”, created in 2019, aims to shine a light on an underrepresented group of workers. With the kind agreement of the CFEETK (Franco-Egyptian Centre for the Study of the Karnak Temples), I was able to photograph 128 of the workers employed in the Karnak complex. The photographs were taken between 2019 and 2020, on a voluntary basis. This large-scale body of portrait work pursues several objectives: - Presenting a category of workers and employees rarely showcased by photographic work, - Building a bridge between archeology and people, directing the public’s gaze towards those who keep historical monuments alive through their work and their expertise, - Creating a social and intergenerational link, a dialogue through the medium of photography, - Providing a portrait of the workers both as an archive of this one-year period, and as a snapshot of daily life at the Karnak temples. The choice of a blue background and artificial light seemed like a matter of course from the beginning of the series. First of all, it brings consistency to this large ensemble. But this choice also stemmed from an intention not to differentiate among the range of trades coexisting within the CFEETK. Finally, this technique brings attention to our fellow human rather than the grandiose background of Karnak. Thus, human beings are brought to the foreground and their personality can shine through. Beyond the photographic aspect, I wanted to emphasize the human aspect. No particular requests were made for the poses, outside of the suggestions and creative force of each individual. I wanted to capture and showcase what was gifted to me naturally, instinctively, while trying not to alter the emotion. Bringing the employees of the temple, in their work clothes, into a studio setting which is usually reserved for professional models was a gamble I had to make in order to achieve this series of portraits. Each worker was gifted a print copy of their portrait.